Immersion dans China Town: Une activité à faire en famille à Maurice
2019-02-25
Vivez une nuit de rêve à Heritage Le Château qui se trouve à Bel-Ombre
2019-03-12

Aux racines des traditions millénaires

Lundi 21 janvier c’est la fête de Cavadee et Laurent et moi décidons de vivre une expérience unique à Maurice, même pour les Mauriciens. Le Thaipoosam Cavadee est une fête d’origine tamoule qui marque la fin de dix jours de jeûne. A cette occasion les participants effectuent un pèlerinage vers le temple pour y faire des offrandes et se purifier. Il est célébré dans le mois tamoul de Thai (janvier – février) un jour de pleine lune et le jour de l’étoile Poosam. Ce festival est dédié à Murugan ou Mourouga, fils de Shiva et de la déesse Parvati. Les corps des pénitents sont transpercés d’aiguilles qui symbolisent la lance de leur Dieu. Des prières sont récitées tout au long de la cérémonie et cette fête célèbre la victoire du Bien sur le Mal. Mourouga est le chef des armées célestes, divinité de la jeunesse et de la guerre. Il est monté sur un paon, destructeur de serpents (les attachements corporels…) et brandit le Vel, la lance dont les trois parties (tige, partie large du fer et pointe) sont la puissance, l’intelligence et la victoire. 

Les pénitents portent des offrandes pour remercier leur divinité de ses bienfaits, et ils transportent des cavadees. Traditionnellement en forme d’arc, le Cavadee, est confectionné généralement avec du bambou et il reproduirait l’écriture ancienne du mot “OM”, donnant ainsi une signification mystique. L’arc est orné de fleurs et d’un portrait de la divinité pendant la procession.

La fête du Cavadee est un moment très important dans la vie des fidèles. Originaire du sud de l’Inde, cette fête tamoule est la plus impressionnante du calendrier cultuel mauricien. Si vous êtes en vacances à Maurice à cette époque de l’année, entre janvier et février, renseignez-vous sur les dates et lieux de pèlerinage et allez-y ! Les visiteurs, Mauriciens comme touristes, y sont toujours très bien accueillis et plus d’une personne se fera un plaisir de vous expliquer les différents rituels. 

Attention tout de même les personnes sensibles : ce pèlerinage est très impressionnant, notamment pour les enfants. Si vous ne vous sentez pas à l’aise, n’incommodez pas les pèlerins et partez. Mais sachez que la cérémonie se prête à des photos et des vidéos absolument sublimes !

Un moment de ferveur partagé

Pour nous, la rencontre avec les différentes cultures que nous retrouvons à Maurice est primordiale. Comprendre les différents rites nous parait donc essentiel si nous voulons vivre en harmonie les uns et les autres, et ainsi nous pourrons  partager nos connaissances avec les amis Francais en vacances à l’ile Maurice. 

Tous les ans, les Mauriciens célèbrent une vingtaine de fêtes religieuses, qu’elles soient catholiques (comme le pèlerinage de Père Laval ou l’Assomption), musulmanes (Eid Mubarack ou le sacrifice d’Abraham), tamoules ( Cavadee), hindoues (pèlerinage de Grand-Bassin, fête des frères et des sœurs Rhaki…) ou encore chinoises (Nouvel An chinois, Double 10…)

Il nous a paru donc important, pour Laurent et moi, de mieux comprendre les fêtes de nos compatriotes de fois différentes. C’est non seulement enrichissant  mais aussi, et surtout, une bonne manière de rencontrer nos compatriotes dans ce qu’ils ont de plus intimes, de plus profonds. D’ailleurs c’est ce qui fait de l’Ile Maurice un pays extraordinaire, ou toutes les différentes cultures cohabitent avec beaucoup de respect.

Surinam, l’un des haut-lieux du Cavadee

Cette année nous avons donc décidé d’aller à la rencontre de nos concitoyens qui fêtent le Cavadee. Pour ce faire nous avons décidé d’aller à Souillac, ou plus précisément Surinam, dans le sud de l’ile Maurice. C’est une zone que nous connaissons bien car l’une des balades à vélo électriqueque propose Explore Nou Zil est justement la découverte de Souillac et de ses environs avant de partager un repas typiquement Mauricien chez Mala. Afin de pouvoir choisir un bon site qui nous permettra  d’être les témoins privilégiés du Cavadee il nous est conseillé d’arriver à 9 heures.

Nous quittons donc Tamarin à 8h30 et nous empruntons la splendide route du Sud qui longe la côte qui est restée assez sauvage et préservée. Nous traversons Rivière-Noire, La Gaulette, le Morne, La Prairie, Baie du Cap, Bel Ombre  et nous goûtons le plaisir de faire la route. Kathy, Isa et Soan  nous ont rejoints afin de vivre avec nous cette  activité culturelle unique à Maurice et riche en rencontres.

Mala nous recommande de laisser place au pèlerinage et surtout, de ne pas être intrusifs afin de respecter au mieux les pèlerins et les différents rituels. Le parking est complètement saturé, entre les ‘pèlerins’, les minibus, les taxis et les cavadees qui s’accumulent. Cependant nous arrivons au bon moment, les pèlerins sont occupés à  procéder aux derniers préparatifs. 

Laurent m’explique que les pèlerins doivent faire leur préparation tout près d’un point d’eau. Pour ne pas avoir trop de monde en même temps, chaque groupe se donne rendez-vous à une heure différente.

Un rituel impressionnant de beauté et de ferveur

Peu après notre arrivée, les premiers pèlerins se mettent en marche.  Nos enfants sont tout de suite émerveillés par la musique, les odeurs d’encens, les saris multicolores et les magnifiques cavadees. Ils sont surtout très impressionnés de voir les corps des hommes, jeunes et moins jeunes, transpercés par des dizaines de longues aiguilles auxquelles sont parfois attachés des limons. Ces aiguilles sont accrochées sur le buste, dans le dos et également sur la langue pour les empêcher  de parler, … Suite à leur long jeûne, les pèlerins ne paraissent absolument pas souffrir, certains sont même dans un état de transe dans lequel la douleur est transcendée au profit de la prière. 

Suite à ce premier départ, nous nous rapprochons de la rivière et nous sommes immédiatement  accueillis avec un petit jus de limon. Notre présence ne semble pas déranger. Il faut dire que nous sommes le plus discret possible et que nous retrouvons là ce sens exceptionnel de l’hospitalité des Mauriciens.

Nous voyons les prêtes tamouls qui piquent les différentes parties des corps des pèlerins selon la demande de chacun. Il n’y a pas d’âge ni de sexe pour participer au Cavadee. Nous avons vu des enfants de 7 ans, comme des adultes de 60 ans.
Le soleil tape fort, il fait une chaleur d’enfer et on s’abrite sous le seul arbre de l’endroit.

Arrivés au temple, les pèlerins offrent leur samboo, récipient en étain remplis de lait, élément sacré des religions hindouiste et tamoule, aux prêtres qui les versent sur les divinités. 

La légende autour du Cavadee

Laurent rencontre Vikah qui nous explique et nous éclaire un peu plus sur l’histoire :

« Ena 12 cavadeelor chaque annee, mais ban mauricien pas fete les 12.TaipoosamCavadee, sédernyé dan lané. Lané tamoul comens en avril. » (Il y a 12 cavadees durant l’année et le TaipoosamCavadee est le dernier de l’année. L’année tamoule commence en avril)

Il nous raconte alors la légende : 

La légende derrière ce rituel est que le Seigneur Shiva a donné deux collines – la colline Shivagiri et la colline Shaktigiri à Sage Agastya et lui a demandé de les placer dans le sud de l’Inde. Le sage a demandé à son disciple Idumban de porter les collines à leur destination. Le disciple a utilisé une poutre et a attaché les deux collines à chaque extrémité. Il a ensuite porté la poutre sur son épaule. Après avoir couvert la moitié du trajet, il posa la poutre avec les collines pour se reposer. Après quelque temps, il se leva pour reprendre son voyage et ne put déplacer les collines car elles étaient devenues trop lourdes. Alors qu’il essayait de ramasser les collines, il a vu un garçon devant lui et a demandé son aide. Le garçon a refusé en disant que les collines lui appartenaient. Cet idumban fut agacé et une bagarre éclata entre lui et le garçon. Pendant le combat, Idumban réalisa que le garçon n’était autre que Lord Murugan. Il (Murugan) avait été le seul à augmenter le poids des collines. Idumban a été tué dans le combat. Mais Murugan fit preuve de pitié et ranima Idumban qui devint alors son plus grand dévot. Donc, ce jour-là, quiconque a porté Kavadi ou cavadee (poids signifiant les deux collines) sur son épaule au temple de Murugan a reçu ses bénédictions.

Maintenant  les prêtes vont attacher un récipient remplis de lait à chaque cavadee. Si arrivé au temple, le lait est encore bon c’est que la personne a bien fait son carême. Dans le cas inverse, cela voudra dire que la personne l’a mal fait.

Après l’émotion, la dégustation

La  chaleur est torride et le ventre crie famine. Nous leur disons au revoir à contre cœur et nous reprenons notre marche pour aller nous refugier chez notre amie Mala pour déjeuner avec elle. En route, nous rencontrons les petits enfants du village que nous connaissons très bien, mais que nous n’avons pas vus depuis un moment. Nos enfants sont ravis de les revoir et de discuter un peu avec eux.

Nous nous installons à table, au frais… Ça fait du bien de s’asseoir un peu. Mala est ravie de nous recevoir et de passer un moment ensemble. Après s’être désaltéré avec un bon jus, nous mangeons ses délicieux samoussa, gâteaux piments et suivi de rotis ( galette d’origine indienne) servis avec des différents  curry.

Du bruit dehors ?
Voilà que certains pèlerins rencontrés plus tôt à la rivière retournent chez eux. Nous nous précipitons sur le petit muret de chez Mala, pour les voir repartir avec leur cavadees, épuisés mais heureux d’avoir été purifiés. 

Nous avons terminé notre journée par un bain de mer à Riambel. La plage est déserte malgré qu’aujourd’hui est un  congé public. Il est vrai que ce n’est pas la plage la plus prisée à cause de sa mer mouvementée et de son fort courant.

Laurent est tellement émerveillé par cette cérémonie du Cavadee qu’il propose désormais une découverte du pèlerinage à vélo électrique. Une activité que je recommande fortement à ceux qui veulent vivre cette expérience unique et authentique durant leurs vacances à l’ile Maurice. Pour plus de renseignements veuillez contacter Explore Nou Zil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 5 =